NOTE! This site uses cookies and similar technologies.

If you not change browser settings, you agree to it.

I understand

Reporting the underreported about the plan of action for People, Planet and Prosperity, and efforts to make the promise of the SDGs a reality.
A project of the Non-profit International Press Syndicate Group with IDN as the Flagship Agency in partnership with Soka Gakkai International in consultative status with ECOSOC.


SGI Soka Gakkai International

 

Un sommet mondial appelle à la transition vers la bioéconomie

Par Rita Joshi

BERLIN (IDN) - Les menaces environnementales mondiales, les opportunités offertes par les nouvelles sciences et les conséquences de la pandémie de COVID-19 appellent à une transition vers la bioéconomie, selon le communiqué publié à l’issu du Sommet mondial de la bioéconomie 2020 organisé par le Conseil consultatif international sur la bioéconomie mondiale (IACGB) composé d’une quarantaine d’experts politiques de haut niveau et de moteurs de la bioéconomie dans tous les hémisphères. La transition est « plus cruciale que jamais ».

Le sommet de Berlin qui s’est déroulé du 16 au 20 novembre a rassemblé les principaux acteurs de différents secteurs : gouvernements, entreprises, universitaires, entre autres. Son objectif était de créer un dialogue ouvert sur l’élaboration de politiques de bioéconomie durables dans le monde entier. Il a établi un lien étroit entre la politique en matière de bioéconomie et les programmes mondiaux de développement durable et de lutte contre le changement climatique.

L’IACGB a été initialement créé pour soutenir le Sommet mondial de la bioéconomie de 2015 et a été maintenu et étendu depuis. Il est composé d’une quarantaine d’experts politiques de haut niveau et de moteurs de la bioéconomie dans tous les hémisphères. Les membres de l’IACGB agissent à titre personnel en tant qu’experts et ne représentent pas une position officielle des gouvernements ou de l’organisation.

Les membres combinent un large éventail de compétences et d’expériences et ils participent activement à différents forums internationaux de politique et de recherche liés à la bioéconomie. Tout en étant actuellement un mécanisme informel, l’IACGB a gagné en crédibilité et en légitimité en tant que groupe de réflexion d’experts et travaille activement à son développement dans les années à venir.

Le communiqué souligne que la bioéconomie est apparue comme une force de transformation ayant un impact global sur les industries et la fabrication du côté de l’offre, et comme une force de transformation pour le changement de la consommation et la réduction des déchets du côté de la demande. Dans les faits, ces dernières années, la bioéconomie a démontré ses fortes capacités d’adaptation aux spécificités nationales et locales.

Le communiqué note trois contributions globales de la bioéconomie aux personnes et à la planète : la bioéconomie pour la santé et le bien-être en tant qu’élément clé pour mieux reconstruire pendant et après la pandémie de COVID-19 ; les avancées scientifiques et technologiques faisant progresser la bioéconomie durable ; et l’action climatique, les écosystèmes et la protection de la biodiversité avec et pour la bioéconomie durable.

Le communiqué est accompagné d’une « vision pour une bioéconomie durable mondiale ». Il souligne que : « la bioéconomie améliore la situation des personnes et de la planète, en poursuivant un système économique fondé sur une croissance durable, tout en réduisant la consommation de ressources et en protégeant et en régénérant les écosystèmes. » En utilisant la science pour ajouter de la valeur aux ressources biologiques et aux processus biologiques, la bioéconomie adopte les principes de renouvelabilité et de circularité.

En outre, la bioéconomie vise à concilier les besoins des hommes et de la nature. Elle met en place un système économique de loin supérieur à celui d’aujourd’hui : un système qui s’efforce de réaliser l’Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable et ses 17 objectifs de développement durable, et un système basé sur une croissance économique durable, qui se concentre sur l’amélioration du bien-être humain et de l’équité sociale, tout en réduisant la consommation de ressources et en régénérant les écosystèmes.

L’idée est que les activités de la bioéconomie renforcent la résilience économique, sociale et des écosystèmes, permettant aux communautés urbaines et rurales de prospérer, en particulier en période de crise économique. Une bioéconomie mondiale durable englobe tous les niveaux de la société et vise à améliorer la qualité de vie de tous les individus, tout en respectant les limites biophysiques de la croissance économique.

Le communiqué souligne que la nature est la plus grande source d’inspiration de la bioéconomie. Outre des ressources matérielles et énergétiques précieuses et renouvelables, la biologie fournit un savoir-faire essentiel sur les cycles naturels, son système et ses processus. Les sciences de la vie explorent ces caractéristiques, ces capacités et ces fonctions des organismes naturels afin de développer des solutions et des applications nouvelles et de grande valeur.

« À l’heure actuelle, de nombreuses bioinnovations en sont encore à leurs balbutiements, mais elles apportent déjà des solutions prometteuses avec des avantages sociaux, sanitaires et écologiques évidents », note le communiqué.

Les exemples pionniers dans le secteur des soins de santé comprennent les thérapies biologiques, par exemple en immuno-oncologie, les implants et capteurs biodégradables ainsi que les organes bio-imprimés.

Dans l’industrie du textile et de la mode, les bioinnovations contribuent à la création de matériaux et de procédés durables, par exemple la soie d’araignée produite par biotechnologie, les hydrofuges biologiques ou les procédés de teinture et de lavage biologiques.

Dans le secteur informatique, l’ADN a déjà été testé avec succès pour le stockage de données très efficient et des cellules ont été fusionnées avec des puces pour diagnostiquer la pollution de l’air. Les bioinnovateurs de l’industrie de l’alimentation humaine et animale ont développé des produits de santé probiotiques, de nouvelles options de protéines végétales, des produits à haute valeur ajoutée issus des déchets alimentaires et des flux secondaires, ainsi que des solutions microbiennes pour l’agriculture, comme les engrais à base de microbes, et pour lutter contre l’obésité et les maladies non transmissibles afin d’améliorer l’alimentation animale et la santé humaine.

Dans l’industrie, la biologie synthétique et les applications du génie microbiologique permettent non seulement de créer des biomatériaux avancés, remplaçant le plastique et l’acier, mais inspirent également des procédés de fabrication plus durables. La biotechnologie et les technologies convergentes connexes offrent un potentiel remarquable pour faire progresser le développement durable et accélérer la création d’emplois par le biais de start-ups innovantes et de partenariats mondiaux.

Alors que la ministre fédérale allemande de la recherche, Anja Karliczek, a ouvert l’événement, la ministre fédérale allemande de l’alimentation et de l’agriculture, Julia Klöckner, a souligné le rôle clé de l’agriculture et du système alimentaire dans la bioéconomie durable.

Le directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Qu Dongyu, a souligné la nécessité de combiner technologie, impact social et éthique et a insisté sur les avantages du Sommet mondial de la bioéconomie en tant que plateforme multipartite. Par moment, plus de 1 000 participants ont suivi la diffusion en direct.

Le sommet, accueilli et soutenu par le gouvernement allemand, compte cinq partenaires officiels représentant les régions et pays d’Afrique (orientale), la Thaïlande pour l’ANASE, la Commission européenne, l’Amérique latine/Caraïbes et le Japon. Leur contribution au sommet a mis en évidence l’ancrage mondial de la bioéconomie, mais aussi sa diversité.

« La bioéconomie est adaptée au niveau local et connectée au niveau mondial. Il est impressionnant de voir comment les gens adaptent la bioéconomie à leurs besoins et aux spécificités locales », a déclaré le professeur Joachim von Braun, coprésident de l’IACGB.

Les diverses manifestations de la bioéconomie ont été mises en évidence lors d’un atelier des jeunes champions de la bioéconomie, dynamique et solidaire, qui a servi de point de départ à des discussions animées sur la manière dont la jeune génération pourrait façonner les concepts de bioéconomie régionale dans son pays et sur les conditions préalables nécessaires à une mise en œuvre réussie.

« J’ai été vraiment frappée de voir à quel point les jeunes participants ont compris qu’une bonne politique est nécessaire pour façonner un avenir meilleur et que chacun a apporté sa vision de la façon dont nous pouvons passer de notre situation actuelle à l’avenir », a déclaré Ronit Langer, des États-Unis. Elle est l’une des huit jeunes champions de la bioéconomie. [IDN-InDepthNews - 24 novembre 2020]

Crédit photo : Sommet mondial de la bioéconomie 2020 :

Newsletter

Striving

Striving for People Planet and Peace 2020

Mapting

MAPTING

Partners

SDG Media Compact


Please publish modules in offcanvas position.